Revue de presse

Agoraflamm, l’entreprenariat au féminin

Agoraflamm, l’entreprenariat au féminin

En mars 2022, le journal des installateurs qualifiés dans les énergies renouvelables sollicite le témoignage de Véronoique, co-gérante d’Agoraflamm avec sa soeur Séverine. C’est l’occasion de valoriser l’entreprenariat au féminin !

Témoignage
Véronique TACHER
Co-gérante
Agoraflamm
Roanne (Auvergne-Rhône-Alpes)

1 - Pourriez-vous vous présenter ainsi que votre entreprise ?
« Ma sœur Séverine BURGER et moi avons ouvert notre entreprise Agoraflamm en 2009 dans une optique de promouvoir le chauffage au bois éco-responsable.
Ma sœur a une formation de technico-commerciale (bac +2) et moi une formation administration économique et sociale (Bac + 3). Après avoir suivi chacune notre propre parcours dans des secteurs variés, nous avons ensuite travaillé 8 ans ensemble en tant que salariées dans l’univers du chauffage au bois, avant de créer notre propre entreprise.
Agoraflamm est une entreprise indépendante et familiale, spécialisée dans la vente-conseil et la pose d’appareils de chauffage bois à hauts rendements (bûches et granulés).
Ma sœur gère les approvisionnements et supervise tout l’aspect technico-commercial, je m’occupe de la gestion générale et de la communication. Nous avons trois salariés : un assistant technique et commercial et deux installateurs. »

2 - Les femmes sont très minoritaires dans cette profession et sous-représentées, comment abordez-vous votre métier et votre quotidien ?
« Il est vrai qu’au départ nous avons dû affronter les doutes et la méfiance des fournisseurs et des clients, cela nous a poussées à nous démarquer par nos compétences et notre sérieux. Aujourd’hui la notoriété de notre magasin prouve que nous avons su nous inscrire dans un paysage professionnel jusqu’ici entièrement masculin ! »

3- Pourquoi avoir choisi cet univers ? Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer ?
« Entrées par hasard dans cet univers En tant que salariées, nous avons découvert toute la richesse du chauffage au bois nouvelle génération, d’un point de vue environnemental, technique et décoratif.
Nous voulions explorer de nouvelles pistes, comme celle du chauffage aux granulés qui était totalement absent dans notre ville. Notre employeur étant sur ce point particulièrement frileux, nous avons alors décidé de nous mettre à notre compte et fonder la première enseigne de notre ville à proposer des poêles et inserts à granulés.
Nous sommes convaincues de l’intérêt d’être actrices de la promotion et du développement des énergies renouvelables. »

4- Comment se porte votre activité et comment envisagez-vous l’avenir ?
« Après un passage difficile (crise des gilets jaunes et sanitaire), notre entreprise est à nouveau sur la pente ascendante. Nous avons réussi à surmonter ces difficultés en grande partie grâce à la solidarité dont a fait preuve notre équipe et aux aides gouvernementales. Notre notoriété nous a également permis de retrouver rapidement une clientèle. Nous souhaitons pour l’avenir continuer à développer le chauffage aux granulés sans négliger le chauffage aux bûches. »

5- Quelle est votre vision de la démarche qualité et qu’est-ce qui vous a poussé à vous engager dans cette démarche ?
« Nous avons décidé d’obtenir la certification Qualibois en 2012. Là encore c’était un moyen de nous démarquer et de garantir la qualité de notre travail aux yeux des clients.
Pour nous une démarche qualité est indispensable. Bien se former et apporter un soin constant à la qualité des installations est non seulement un argument commercial, mais aussi un gage de sérénité. Dans cette optique, Qualit’EnR donne de la visibilité à la démarche qualité de notre entreprise. »

6- Selon vous, devrait-il y avoir plus de femme dans cette profession et pourquoi ?
« Pourquoi pas ? En ce qui concerne le conseil et le montage technique d’un dossier, qui doivent concilier envies du client, contraintes techniques et esthétique, la sensibilité et la vision d’une femme peuvent être des atouts indéniables. Cependant Il est pour nous plus important de s’appuyer sur les compétences d’un professionnel plutôt que sur son genre ! »